French Arabic English

La désertification, le changement climatique et la dégradation des terres impactent fortement sur les principaux leviers de croissance économique, de cohésion sociale, de stabilité et de sécurité des Etats sahélo-sahariens. La récurrence et la recrudescence des impacts malgré divers plans d’action de lutte, rappelaient l’urgence d’une approche régionale basée sur un engagement commun, des actions concertées. Les Chefs d’Etat et de Gouvernement de Burkina Faso, Djibouti, Erythrée, Ethiopie, Mali, Mauritanie, Niger, Nigeria, Sénégal, Soudan et Tchad, se référant à la décision du 7ème Sommet de la CEN-SAD des 1er et 2 juin 2005 à Ouagadougou (Burkina Faso) ont mis en place l’Initiative de la Grande Muraille Verte (IGMV), endossée en 2007 par l’Union Africaine en Initiative Grande Muraille Verte pour le Sahara et le Sahel.

Afin de doter l’Initiative de mécanismes de coordination, d’harmonisation des actions et d’appui à la mobilisation des ressources, l’Agence Panafricaine de la Grande Muraille Verte (APGMV) a été créée le 17 juin 2010 à N’Djamena au Tchad, sous l’égide de l’Union Africaine et de la CEN-SAD. L’APGMV est une organisation interétatique disposant de la capacité juridique internationale.

L’mitigative GMV est l’expression d’une coopération des Etats dans la lutte face aux défis environnementaux et climatiques basée sur le ‘’Concept GMV’’. Le concept, dans sa vision et ses objectifs intègre les trois (03) Conventions de Rio et s’inscrit dans les logiques des politiques nationales et sous régionales de Restauration-Conservation-Protection du Capital Naturel (RCPCN), et de Développement Economique Local des terroirs. Il cible globalement la zone saharo sahélienne du Circum-Sahara, entre les isohyètes 100 et 400 mm. L’opérationnalisation englobe actuellement la bande au Sud du Sahara, zone fragile et particulièrement exposée aux crises récurrentes et devrait être étendue à celle au Nord du Sahara.

Lire la suite>>